La trilogie des Kerns de l’Oubli

Les Kerns de l’Oubli

Les Kerns de l’Oubli, une trilogie de fantaisie épique…

Dans les Kerns, vous allez suivre le périple d’un personnage en quête de rédemption. Un héros maudit, auteur d’une faute commise voilà des millénaires, et qui le condamne depuis à se réincarner pour l’éternité.

Carte des Kerns de l'Oubli

Carte des Kerns de l’Oubli (impression à la demande)

Les couvertures de Julien Delval :

I

Extrait : par ici…

Ou commander ?

  • Format papier : vous pouvez commander ces titres dans toutes les bonnes librairies
  • Format numérique : disponibles sur tous les supports (tome1/tome2/tome3)
  • Pour commander directement aux éditions de L’Homme Sans Nom

« Les Kerns, c’est une saga qui ne tombe pas des mains au bout de dix pages. »

brut

Vue de la Cité d’Almernarc’h (impression à la demande)

Qu’est-ce que Les Kerns de L’Oubli ?

  C’est une saga de fantaisie épique. Ah ! mais, me direz-vous, qu’est-ce que tu entends par « fantaisie épique »? Bonne question… Dans les Kerns, vous rencontrerez de la magie, de la sorcellerie, des créatures bizarres, des spectres, des mondes parallèles, de quoi bouleverser les lois de notre univers et en cela, renvoyer le lecteur dans un monde fantastique répondant aux codes de la fantaisie. Des épées magiques, des armures invisibles, des morts qui ne le sont pas vraiment… bref, clairement, vous n’êtes pas dans de l’historique.

Mais alors, pourquoi « épique »?

Ah… Là, c’est mon côté archéologue qui parle. Écrire une saga de fantaisie, d’accord, mais autant lui donner un décors digne de ce nom, pas un de ces cartons pâtes digne de Las Végas, non, de la muraille en dur, de la cité avec des strates, dans laquelle on peut s’enfoncer, se perdre, avec du grain, une patine réaliste.

Oui… mais je ne vois rien d’épique là-dedans !
Couverture crayonnée de la couverture des Kerns de l'Oubli, Julien Delval

Crayonné Julien Delval

C’est que… les personnages aussi ont du grain. Les carapaces ne sont pas en toc ni les piques en tac ! Ils en prennent plein les dents ! Alors non, ce n’est pas non plus de la guerre à toutes les pages (ça, c’est comme le poivre dans la cuisine, il ne faut pas en abuser !), mais c’est musclé, les Kerns, il y a du champ, ça bouge, ça secoue ! L’histoire est riche, dense, il faut s’accrocher, suivre les personnages, accepter de se poser des questions, accepter (sisi !) de ne pas tout comprendre d’entrée de jeu car… les Kerns, c’est une intrigue qui prend tout son sens à mesure que toi lecteur, tu entreras dans cet univers. Et attention, l’histoire ne s’arrête pas au premier tome : c’est une trilogie ! Ce n’est pas un roman où je me suis dit au bout de 300 pages « tiens ? si j’en écrivais 1000 de plus ? » Non. Les Kerns, c’est une saga en trois actes. Un début, un milieu, et une fin. Incroyable, non ? Et plus fort, c’est une histoire en trois actes où le dernier des actes vient complètement réécrire la manière de comprendre les deux autres ! 

Aïe… ça à l’air compliqué…Almenarch

Alors oui, je peux dire que les Kerns de L’Oubli plaît à des lecteurs et des lectrices (sisi aussi !) qui viennent ici chercher autre chose que du Warhammer… Les Kerns, c’est une saga qui ne tombe pas des mains au bout de dix pages. Les Kerns, ce n’est pas une saga que l’on oublie 6 mois après l’avoir lue. On lit et on relit les Kerns pour en comprendre toute la profondeur car certaines informations ne tombent que dans les toutes dernières pages, et sont de nature à lui redonner un tout autre sens…  

Les Kerns de l'Oubli, illustrations de l'auteur

(c) Feldrik Rivat

Inspirations ? Multiples ! 

Pour faire simple, vous serez entre La Horde du Contrevent d’Alain Damasio, Legend de David Gemmell, La Belgariade d’Eddings, mais il y aura aussi du Dune d’Herbert, du Hyperion de Dan Simmons, du Kundun de Scorsese, de l’Himalaya, l’enfance d’un chef (dont la BO me transporte à chaque fois plus loin), et le côté épique des épopées d’Homère ou de l’épopée de Gilgamesh. (ou Le Destin de Youssef Chahine, Le Nom de la Rose de Jean-Jacques Annaud)

Pour en découvrir plus : 

La bande-annonce !

L’extrait 

glossaire-sepia7

Le glossaire

qui-est-qui-spia4

Le qui est qui

Le glossaire (c’est un condensé de cet univers, reprenant les points propres au monde des Kerns, jeter un oeil, c’est déjà commencer le voyage)

Le Qui est Qui (de la même manière, lire ce qui est qui sans connaître les Kerns, c’est une plongée dans un univers exotique)

– Pour découvrir un volet de mes débuts d’auteur : Chronique d’une aventure

 Les Kerns en poche !

La trilogie est aussi aux éditions J’ai Lu !  

image.html-1&2

Sortie du tome 3 prévue pour octobre 2017

 

 

 

 

 

Les anciennes couvertures :

Les couvertures de la première édition arrivant en rupture de stock, commandez directement sur le site des éditions de L’Homme Sans Nom pour être sûr de les recevoir.

minicouv_kerns1minicouv_kerns2minicouvkerns3

Merci pour le partage ;) Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on Pinterest

2 commentaires sur “La trilogie des Kerns de l’Oubli

  1. Comment? Serais-je le premier? Ou le dernier? Tout dépend dans quel sens on regarde la chose et les fluctuations du temps.

    Alors oui, j’ai dévoré le premier volume de cette saga tant originale qu’agile dans la manière de nous promener. Avis aux curieux avides de curiosités, ce morceau là vous plongera dans un monde riche, garni de surprises et maîtrisé par l’auteur. Amateurs de fantasy et des errances de l’esprit, ce livre vous conquerra!

    A moi, la suite!

    • Merci à vous, Rémi, d’inaugurer ce fil de commentaires ! Et merci de le faire avec autant d’enthousiasme ;)
      En espérant vous faire rêver longtemps encore,
      Feldrik

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.